Non classé

Que nous disent nos émotions ?

Peur, joie, surprise, tristesse, colère et dégoût sont considérés comme les six émotions fondamentales. Chacune de ces émotions à un rôle à jouer.

Nos émotions ne sont ni mauvaises ni bonnes. Elles sont juste utiles. Elles représentent une information, qui nous est délivrée par notre cerveau reptilien. La seule fonction de cette partie, la plus ancienne de notre cerveau, est de nous prévenir d’un danger. Un danger qui touche à nos trois besoins existentiels : sécurité, identité et quête de sens.

Décryptage !

peurLa peur  est provoquée par le danger, l’inconnu (l’avenir), parfois les souvenirs (le passé).

Elle est signe que j’ai besoin de me protéger. Positivement, elle m’incite à la prudence, ou à demander de l’aide. Elle peut me mettre en mouvement (j’ai peur : je bouge). Vécue négativement, elle peut isoler, paralyser, favoriser l’attaque et l’agressivité et aller jusqu’à la défaillance de la raison.

la peur met le corps en alerte maximale, prêt à fuir. Le cœur et la respiration courte s’accélèrent, le corps s’immobilise, le tonus musculaire augmente, la bouche est sèche, la peau pâlit car le sang qu’elle contient est détourné vers les muscles.

nos émotions : la colèreLa colère est provoquée par les obstacles, l’injustice, l’indifférence, l’impuissance, la déception ou des émotions refoulées.

Elle indique que j’ai besoin de défendre mon territoire. Vécue positivement, elle fait réagir et bouger, elle donne de l’énergie et permet de prendre rapidement une décision. Vécue négativement, elle peut aller jusqu’à la violence, les comportements « passifs-agressifs » (je retourne contre moi cette colère que je ne sais pas ou qu’on ne me laisse pas exprimer), ou le refoulement qui la fait s’exprimer au mauvais moment, mauvais endroit, contre la mauvaise personne.

La colère met le corps en état d’agression. Le cœur et la respiration ample s’accélèrent, le corps ramassé sur lui-même par des muscles tendus semble prêt à bondir.

nos émotions : tristesseLa tristesse est l’émotion qui indique la perte, la séparation, l’échec ou le manque.

Elle aide à faire face au deuil, à apprivoiser l’absence (de quelqu’un ou de quelque chose qui nous manque). La tristesse nous permet de nous mettre en contact avec d’autres, pour demander du réconfort, de s’ouvrir à l’autre. Mal vécue, elle peut amener à la déprime ou la dépression.

Lorsqu’on est triste, le cœur ralentit, la respiration est ample et lente, entrecoupée de profonds soupirs et de petites inspirations très superficielles. Le corps plutôt immobile semble replié sur lui-même, le tonus musculaire est faible. La tristesse baisse ainsi le niveau d’activité, dans l’objectif d’économiser les ressources et d’éviter de fournir des efforts inutiles. Les larmes viennent apaiser et anesthésier la douleur.

nos émotions : joieLa joie indique la réussite, le plaisir, le succès.

Elle montre que je suis en adéquation avec mes désirs, mes besoins : ceux-ci sont comblés. Bien sûr, la joie incite à l’ouverture, au partage, au dynamisme, mais elle peut aussi aller jusqu’à l’euphorie, l’inconscience et écraser les autres.

La joie entraine une augmentation de la fréquence cardiaque et un rythme respiratoire plus élevé. Elle déclenche également la libération d’endorphines et de dopamine.

dégout.jpgLe dégoût nous permet de rejeter ou nous éloigner de toute forme de contact avec quelque chose ou quelqu’un qui menaceraient l’existence ou du moins la santé de notre corps, ce que nous jugeons “mauvais” pour nous et qui pourrait menacer notre identité psychique.

On peut distinguer le dégoût primaire : pour tout ce qui se rapporte à notre corps, du dégoût secondaire : pour tout ce qui va toucher à l’identité/au psychisme.

Le dégoût s’exprime souvent par des yeux fermés, le nez plissé : ce sont des réactions de « fermeture des sens ». La paume des mains se tourne vers l’avant, comme pour repousser un objet. Une sensation de nausée est par ailleurs possible.

nos émotions : surpriseLa surprise est liée à l’imprévu, l’inattendu, la nouveauté, ce qui nécessite de prendre un temps de recul avant d’agir.

Elle apparaît ainsi lorsqu’un stimulus que l’on n’attendait pas se présente. L’expérience subjective qui l’accompagne est une sensation d’incertitude associée à un état dans lequel la personne a la sensation d’avoir l’esprit vide.

La fonction de la surprise est de vider la mémoire de travail de toute activité résiduelle afin de faire face au stimulus imprévu. Ainsi, cet état active les processus attentionnels, le comportement d’exploration et de curiosité.

1 réflexion au sujet de “Que nous disent nos émotions ?”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.