Non classé

Les bienfaits de la Méditation

Un esprit calme et paisible

Le but de la méditation est de rendre notre esprit calme et paisible.

Si notre esprit n’est pas en paix, il est très difficile d’être heureux, même si nous vivons dans les meilleures conditions.

boot-1992137_1920.jpg

Avez-vous remarqué comme nous n’arrivons pas à profiter de notre repas préféré lorsque nous sommes triste ou en colère ? Connaissez-vous cette boule dans la gorge qui nous empêche même parfois d’avaler ?

Avez-vous noté comme nous ne profitons de rien lorsque nous sommes centrés sur nos ruminations ou sur nos angoisses ? La peur nous empêche de sortir, la tristesse nous coupe de nos merveilleux amis. L’angoisse nous projette dans toutes sortes de futurs incertains et hypothétiquement apocalyptiques. La jalousie nous conduit à médire cette personne que nous appréciions tant il y a quelques jours. La colère nous conduit à faire du mal à cet autre que nous aimons…

A l’inverse, lorsque notre esprit est paisible, nous sommes libérés des soucis, des souffrances psychiques et pouvons ainsi connaître le vrai bonheur.

hands-1838659_1920Il pleut ? Aucune importance, nous allons en profiter pour terminer ce super livre. Notre amie est fâchée ? comment pouvons-nous l’aider ? Notre père est en fin de vie ? Nous acceptons ce qui ne peut être changé afin de pouvoir l’accompagner et passer de paisibles derniers moments ensemble…

 

Difficile à imaginer ? Et pourtant, si nous nous entraînons à la méditation, notre esprit va progressivement devenir de plus en plus paisible. Elle nous permettra finalement d’être heureux, même dans les situations les plus difficiles.

Le plus souvent, il nous est difficile de contrôler notre esprit. Il ressemble à un ballon dans le vent : il va ici et là, au gré des circonstances extérieures. Quand les choses vont bien, notre esprit est heureux, mais dès qu’elles vont mal, il devient immédiatement malheureux. Lorsque nous obtenons ce que nous voulons, par exemple une nouvelle acquisition ou un nouveau partenaire, nous devenons surexcités et nous nous y accrochons fortement.

Pourtant, il est évident que nous ne pouvons pas avoir tout ce que nous désirons et lorsque nous n’obtenons pas ce que nous voulons ou que nous perdons quelque chose que nous aimons, nous devenons déprimés ou irritables.

people-1492052_640.jpgSi nous sommes par exemple obligés de travailler avec un collègue que nous n’aimons pas, nous nous sentirons probablement irrités au point d’être incapables de travailler efficacement avec lui. Notre temps passé au travail deviendra une cause de stress et de frustration.

Nous sommes beaucoup trop pris par les situations extérieures. Nous sommes comme des enfants qui, excités d’avoir construit un château de sable, deviennent tristes quand celui-ci est détruit par la marée montante.

Lorsque nous nous entraînons à la méditation, nous créons un espace intérieur serein. Nous sommes alors capables de maîtriser notre esprit et nos pensées, quelles que soient les circonstances extérieures. Nous remplaçons progressivement notre esprit instable, qui oscille entre les extrêmes de l’excitation et du découragement, par un esprit stable et équilibré qui est toujours heureux.

Cet exercice nous permet de connaître une paix intérieure permanente.

incense-stick-2280017_640.jpg

La méditation, ou les méditations ?

Il existe en réalité de nombreuses forme de méditations – vipassana, transcendantale, zen, pleine conscience… Le mot « méditation » regroupe différentes méthodes, buts, philosophies, ou niveaux très différents.

Je me propose de parler ici des deux formes de méditations que je connais le mieux et que je pratique. Ces deux types de méditations fondent par ailleurs les méditations que je propose sur ce site. Elles ont pour but de calmer et centrer l’esprit, et de vivre attentivement. Elles peuvent aider à guérir le corps, le mental et l’âme, combattre les états d’esprit négatifs. Enfin, elles nous aident à générer l’amour et la compassion, régler les situations difficiles…

en savoir plus sur les ateliers méditation à Rennes

#La Méditation de pleine conscience

il_340x270.517760566_rdx1.jpgLa pleine conscience est une expression dérivée de l’enseignement de Siddhartha Gautama et désigne la conscience vigilante de ses propres pensées, actions et motivations.

L’attention juste ou pleine conscience consiste à ramener son attention sur l’instant présent et à examiner les sensations qui se présentent à l’esprit. Comment apparaissent-elles ? Combien de temps durent-elles ? Comment disparaissent-elles ? Cette pratique permet de réaliser de façon concrète et directe l’impermanence des sensations. Par la suite, le pratiquant peut aussi examiner les sensations du corps, les perceptions, les habitudes mentales positives ou négatives, la conscience, la façon dont toutes les choses apparaissent, évoluent et disparaissent.

S’arrêter et observer, les yeux fermés, ce qui se passe en soi (sa propre respiration, ses sensations corporelles, le flot incessant des pensées) et autour de soi (sons, odeurs…). Seulement observer, sans juger, sans attendre quoi que ce soit, sans rien empêcher d’arriver à son esprit, mais aussi sans s’accrocher à ce qui y passe. C’est tout et c’est simple. C’est la méditation de pleine conscience. Et c’est bien plus efficace que cela ne pourrait le paraître aux esprits pressés ou désireux de se « contrôler ». Christophe André

méditation pleine conscience

Être et faire sont deux éléments très importants de notre vie, mais nous vivons dans un monde où l’on passe de plus en plus de temps à « faire », et où l’on oublie de plus en plus « d’être ».

On fait des courses, on fait à manger, on fait son travail…on fait… de plus en plus ! Et pendant ce temps, on oublie complètement de s’arrêter, de prendre le temps, de contempler … d’être présent !

Même lorsque nous nous arrêtons un instant, nous continuons d’être dans l’action : consulter nos mail, passer un coup de fil, regarder la télévision… Nous avons finalement le sentiment de ne pas avoir vu passer la journée, que le monde s’accélère, et toute cette vitesse finit par nous épuiser.

Nous avons un besoin urgent de plus de calme, de lenteur, de présence. La pratique de la pleine conscience nous apporte ce calme, cette présence, et nous permet de « ralentir » ce monde.

En ralentissant notre rapport au monde, alors nos pensées ralentissent également, permettant moins d’agitation, de stress, de pensées négatives, de colère, au profit de plus de présence, de sérénité, de plénitude et donc de bonheur.

time-782926_1920.jpg

En Occident, la pleine conscience est utilisée comme une thérapie ayant pour but la réduction du stress et la prévention de rechutes dépressives.

Bien que cette pratique soit issue du bouddhisme, elle a trouvé deux types d’application en thérapie cognitive :

  • la « réduction du stress à partir de la pleine conscience » (en anglais, Mindfulness-Based Stress Reduction ou MBSR) a été développée par Jon Kabat-Zinn.
  • la thérapie basée sur la pleine conscience pour la dépression (en anglais, Mindfulness-Based Cognitive Therapy for Depression ou MBCTD) a été présentée comme un moyen de prévention des rechutes dépressives. Une étude de l’université d’Oxford publiée en avril 2015 par The Lancet démontre qu’une thérapie basée sur la méditation de pleine conscience est une alternative aussi efficace qu’un traitement par antidépresseurs dans la prévention de rechute dépressive.

sans-titre.pngLes neurosciences s’intéressent aux effets de la méditation. Plusieurs chercheurs ont prouvé que les exercices de méditation améliorent le fonctionnement du cerveau.

Antoine Lutz, chercheur à l’Inserm a participé à beaucoup d’expériences menées en France et aux États-Unis. Selon lui, des études montrent que la méditation « accroît les capacités à maintenir son attention sur un objet sans être distrait. Une autre montre que la pratique de la compassion chez des méditants très avancés augmente la synchronisation des ondes cérébrales entre des parties très éloignées du cerveau. »

#La méditation Bouddhique

monk-555391_1920.jpgLa méditation bouddhique, théorisée et pratiquée dans le bouddhisme, diffère de la méditation dans son acception occidentale. Son but ultime est l’atteinte du nirvana(libération, bonheur pur).

Là encore, on peut trouver dans la méditation bouddhique de nombreuses écoles et formes de pratique : heravada, Mahāyāna, Vipassana, Zazen, shamatha…

La pratique de la méditation tibétaine a pour but d’aider les êtres, en réalisant l’emprise de l’ego qui freine et empêche de développer la véritable compassion. Elle est différente de la pleine conscience en ce qu’elle se concentre sur un objet de méditation en lien avec les enseignement de Bouddha.

La méditation est un esprit qui se concentre sur un objet vertueux et qui est la cause principale de la paix mentale. La méditation est une méthode qui permet de familiariser notre esprit avec la vertu. Plus notre esprit se familiarise avec la vertu, plus il devient calme et paisible. Si nous nous entraînons à la méditation, progressivement notre esprit va devenir de plus en plus paisible et nous connaîtrons une forme de bonheur de plus en plus pure. Si nous entraînons notre esprit à devenir plus paisible, nous serons constamment heureux même dans les situations les plus adverses.

Guéshé Kelsang Gyatso – Le nouveau manuel de méditation

méditation tibétaine

La méditation, telle qu’elle est expliquée par Gueshé Kelsang Gyatso, suit donc un cheminement différent de celui de la médiation de Pleine conscience. La pleine conscience en est la première étape. Elle est essentielle pour apaiser son esprit et le rendre plus clair.

Le pratiquant choisit un objet de méditation (par exemple la colère). Il contemple ensuite les enseignements de Bouddha et les confronte à son expérience personnelle (ici par exemple tous les effets négatifs de la colère), afin de générer une forte détermination et l’objet de méditation qu’il a choisit (un fort désir d’éliminer toute trace de colère). Il doit ensuite rester centré d’instant en instant sur cet objet de méditation afin de le renforcer et le faire sien. A la fin de sa méditation, le pratiquant dédie les bienfaits de sa pratique.

Vous pourrez découvrir de façon plus concrète ce type de méditation dans les outils que je mets à votre disposition.

 

L’après Méditation – le retour au quotidien

Dans tous les cas, s’il est important de prendre un temps régulier pour la méditation formelle, l’essentiel réside dans ce que l’on fait ensuite.

Vivre en conscience, vivre en accord avec les fortes expériences vécues en méditation. C’est ce qui nous permettra d’atteindre le bonheur.

Si nous reprenons l’exemple de la colère, la forte détermination sur laquelle nous avons médité – à savoir éliminer toute trace de colère, doit continuer de nous accompagner dans tous les actes de la vie courante. Plus nous aurons médité sur cette détermination, plus il nous sera facile de vivre selon ce précepte.

La détermination en elle-même ne suffit pas, on est bien d’accord…

L’étape suivante sera de reconnaître en nous les signes de colère, puis encore de méditer sur le remède à cette colère. La colère, comme bien d ‘autres états d’esprit négatifs, est abordée dans les articles et outils que je propose.

La pleine conscience est essentielle pour reconnaître en nous les signes de la colère. La plupart du temps, nous la reconnaissons lorsqu’il est trop tard, lorsqu’elle nous déborde. Lorsqu’elle nous a conduit à poser des actes ou des paroles que nous regrettons. Parfois même, nous ne nous apercevons pas que c’est elle qui nous a guidée. Pour pouvoir la combattre, il faut pouvoir la repérer très tôt. Comment ?

meditate-1955400_640.jpgEn premier lieu, grâce à la méditation sur la colère, qui nous permet de repérer tous ses effets et la façon dont elle agite notre esprit. En second lieu,  la pleine conscience nous apprend à nous écoute et à nous connaître. Ainsi nous pouvons repérer tous les changements de notre esprit, de plus en plus tôt et finement.

Enfin, par l’expérience du quotidien.

Il est finalement assez simple de méditer sur la colère, et nous sommes assez vite convaincus de ses méfaits. La théorie est relativement facile à intégrer… Mais il est beaucoup plus difficile de la mettre en pratique ! C’est en se confrontant aux situations ou aux personnes qui activent cette colère que nous pourrons comprendre ses mécanismes et expérimenter…

La méditation vient donc alimenter le quotidien, mais l’inverse est également vrai ! Les aller-retour entre les deux sont essentiels pour renforcer notre capacité d’agir.

Bien entendu, ce qui est vrai pour la colère est également vrai pour la peur, la jalousie, la tristesse… et tant d’autres !

Par ailleurs, vivre en conscience nous conduit à une autre notion essentielle : vivre dans l’instant présent.

Apprécier chaque moment de notre vie, ici et maintenant, sans s’attacher au passé, sans angoisser pour l’avenir. Poser chaque acte de notre vie en conscience.

Cette notion fera l’objet d’un article à venir très bientôt…

En attendant, si le sujet vous intéresse, vous pouvez jeter un œil ici, ou  !

ateliers méditation à Rennes
en savoir plus sur les méditation à Rennes

Je réserve ma place !

 

 

 

 

 

 

3 réflexions au sujet de “Les bienfaits de la Méditation”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.