Les articles

Le sourire

Il illumine le visage, mais pas seulement: le sourire est bon pour la santé et excellent pour l’humeur.

Combien de fois sourions-nous par jour ? Impossible de le dire, tant cela dépend des personnalités et des instants choisis. Mais sourions-nous toujours pour exprimer le plaisir ? « Le sourire provient d’une vibration qui associe la joie et la terreur, l’émerveillement et l’effroi », écrit Patrick Drevet dans son essai Le Sourire(Gallimard, 1999). Complexe, il révèle ce que nous sommes. Pourtant, à l’inverse du rire, qui préoccupe les chercheurs depuis une vingtaine d’années, peu d’études ont été consacrées à la plus subtile des expressions humaines.
woman-1031000_1920
Le sourire est un autre langage, un moyen de traduire ce qui, en nous, reste muet. Loin d’être un « sous-rire », il ouvre sur de multiples univers.

« Tout le monde sourit dans la même langue » – Mode de communication universel, le sourire réchauffe, désarme, console… Il peut exprimer tant d’émotions…

Quelques sourires….

     Le sourire de bienvenue, celui qui nous accueille
Le sourire de bienvenue ou de politesse, à la fois proche et distancié, met spontanément à l’aise, même si l’on n’a aucun lien avec celui qui nous l’adresse.
Il n’entre pas directement dans notre sphère intime, ne s’adresse pas à qui nous sommes, mais à ce qu’il y a d’universel en nous.

      Le sourire complice, celui qui nous rassemble
Le sourire complice exprime l’appartenance à une même histoire. Il révèle une entente étroite, une connivence avec certains êtres choisis.

6

     Le sourire séducteur, celui qui désarme
L’éthologue allemand Irenäus Eibl-Eibsfeldt a montré que le sourire est partagé dans la plupart des rites de séduction à travers le monde.
En France, le sourire est toujours ce que les femmes apprécient le plus chez un homme (37 %), avant le regard (13 %) (sondage Baileys-Ifop, 2005) .
     Le sourire défensif, celui qui nous préserve
Face à l’inconnu, le sourire est notre première arme, une forme de lâcher-prise destiné à paralyser nos pulsions agressives et à neutraliser celles que l’autre peut ressentir à notre égard. C’est un signe d’apaisement que nous partageons avec toutes les civilisations du monde.
5

     Une barrière contre la violence
Le sourire est un sésame qui ouvre les portes et les coeurs. Il désarme les hommes et conquiert les amoureuses. Il y a les sourires éblouissants, envoûtants, et ceux qui pour être ingénus n’en sont pas moins touchants. Partout, ils facilitent le contact et désamorcent les conflits. Celui de John Fitzgerald Kennedy reste inoubliable et, cet hiver, le visage rayonnant de la nouvelle présidente du Chili, Michelle Bachelet, a contribué à son succès historique. «Aujourd’hui, le sourire construit notre société, constate le sociologue William de Gaston. Il est devenu une barrière contre la violence, il favorise la complicité.»

     Le sourire gêné, celui qui nous excuse
Loin de toujours exprimer le plaisir, le sourire peut aussi marquer notre volonté de prendre de la distance : un sourire gêné peut nous monter aux lèvres lorsque nous venons de commettre un impair et que la honte nous submerge. C’est le sourire commentaire, celui qui marque le désarroi. « Le sourire navré indique que nous tentons de maîtriser notre émotion plutôt que de la subir », explique la psychothérapeute Catherine Aimelet-Perissol. Si nos sourires sont une force dans nos relations, c’est aussi parce qu’ils expriment… nos fragilités.

7.png
     Le sourire audacieux, celui qui nous donne de l’assurance
S’obliger à sourire nous entraîne à retenir les aspects positifs, à mettre en avant nos succès plutôt que nos échecs.
Le sourire nous aide à mieux gérer notre stress, à faire face aux changements avec davantage de sérénité.
Un sourire crée du sourire…
     Le sourire de la douleur

Deux hypothèses ont été émises pour expliquer ce phénomène. La première est d’ordre « intrapersonnel ». On sourirait pour évacuer l’émotion négative accumulée en nous lors d’un épisode pénible. D’ailleurs, une autre étude a montré que plus on sourit face à une vidéo d’horreur, plus le stress émotionnel diminue. La seconde est d’ordre « social » : pour rassurer nos proches sur notre état physique, notre sourire traduirait un « c’est pas si pire » ou « ça va aller ».

 

sans-titre

Sourire est bon pour la santé et le moral

 

Lorsque nous sourions, nous utilisons 17 muscles. Ce mouvement si simple permet de libérer des substances dans le corps qui vont le détendre et lui apporter un sentiment de bien-être. Et quand le corps se sent bien, il fonctionne mieux, donc il se défend mieux contre les infections et les virus. Notre cœur bat plus calmement, nous respirons mieux.
Par ailleurs, en faisant intervenir de nombreux muscles du visage le sourire ralentit le vieillissement et le relâchement.  Mieux encore, le sourire générerait la même simulation cérébrale que 2000 barres chocolatées ou même de recevoir une grosse somme d’argent. Ceux qui sourient souvent vivent plus longtemps et paraissent plus jeunes
En souriant, ils offrent du bien-être à leur corps, à leur esprit mais aussi à ceux qui les entourent. Ces gens sont plus aimés, donc plus heureux, et en meilleure santé, donc ils vivent plus longtemps.  Ils sont aussi plus beaux car le sourire illumine le visage et le rend plus jeune.
     Sourire réduit le stress
Un sourire, même s’il est forcé, agit sur le stress. Une équipe de psychologues de l’Université du Kansas aux Etats-Unis ont effectivement démontré que se forcer à sourire dans des moments de stress pouvait le réduire. Le rythme cardiaque des personnes souriantes ayant participé à l’expérience était en effet moins élevé que celles ne souriant pas.
     Sourire prolonge l’espérance de vie
Oui, le sourire est important pour la santé. En plus d’avoir un effet bénéfique sur un rythme cardiaque mis à l’épreuve, il agit d’une manière générale sur notre longévité. Il y a quelques années, des chercheurs américains ont en effet mis en relation l’espérance de vie et le sourire en étudiant plus de 200 clichés de joueurs de base-ball sur 50 ans. Le choix de cette population peut paraître incongrue, il n’empêche que les athlètes les plus souriants vivent plus longtemps que ceux laissant moins souvent exploser leur joie.

  Sourire  libère des émotions négatives 
Lorsque nous sourions, les pensées négatives disparaissent. Pensons à une situation désagréable, et sourions en même temps. Que se passe-t-il? La situation semble moins désagréable, peut-être même parvenons-nous à ne plus y penser du tout. Sourire permet de se détacher des problèmes et de les voir différemment.

1

    Sourire aide à convaincre et à réussir dans la vie
Sourire rend plus attrayant. Cela permet donc un meilleur impact sur son interlocuteur, on écoute et on se laisse plus facilement convaincre par quelqu’un que l’on trouve avenant et plaisant. En mesurant le sourire de 30 étudiants en photo, des chercheurs de l’Université de Berkeley en Californie ont été capables de prédire la durée et la réussite de leur mariage, leur bien-être et la capacité qu’ils auront à influencer les autres.

Le sourire transforme également la voix, la rend plus belle. une personne qui sourit en parlant est agréable et donne plus envie à son interlocuteur de l’écouter.
     Le sourire est communicatif

Une étude a démontré qu’un sourire sincère adressé à une autre personne peut entraîner, par réaction en chaîne, jusqu’à 500 sourires dans une journée.

      Le sourire en mémoire
Pour laisser un souvenir impérissable à ceux que vous croisez, souriez ! En effet, la mémoire graverait plus rapidement et plus durablement l’image d’un visage souriant – même si celui-ci n’est entrevu que brièvement – que celle d’une bouche maussade ou inexpressive. La raison? Le sourire active une zone du cerveau qui déclenche des émotions. En réaction, un signal est envoyé illico aux aires cérébrales chargées de la reconnaissance des visages, et l’information est traitée en accéléré. (Source: revue Brain and Language.)

beautiful-1867431_1920

« Un sourire nous semble peu de chose et sans effet sur l’humeur , aussi ne l’essayons-nous point. Mais la politesse souvent, en nous tirant un sourire et la grâce d’un salut, nous change tout. Le physiologiste en sait bien la raison , car le sourire descend aussi profond que le bâillement, et, de proche en proche, délie la gorge, les poumons et le cœur. Le médecin ne trouverait pas, dans sa boite à remèdes, de quoi agir si promptement, si harmonieusement ».
Alain, Propos sur le bonheur

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.