Non classé

Lâcher prise pour retrouver sa sérénité

Thready Ornat Co.(1).png

Connaissez-vous les ruminations, les regrets, les déceptions, les attentes qui ne nous quittent pas ? Les angoisses récurrentes, les stratégies d’évitement… Toutes ses choses qui sommeillent ou bouillonnent en nous et nous retiennent au sol. Qui nous empêchent d’ouvrir notre cœur et notre tête à l’instant présent et à la sérénité ?

Nous sommes très nombreuses à les ressentir. Nombreuses à nous accrocher à un passé qui nous fait souffrir, ou à passer des nuits entières à nous inquiéter pour un évènement à venir… potentiellement !

C’est pourquoi j’avais le désir de vous proposer ce temps de stage. Pour vous donner des pistes vous permettant de vous placer dans le présent et dans l’action, dans le concret. Quitter les ruminations inutiles ou des projections sur un hypothétique futur que vous ne maitrisez pas. Vous inscrire dans le présent, la sérénité, la vie !

inscription newsletter

Lâcher prise, c’est tout d’abord Accepter.

Accepter c’est reconnaître, dire oui.

Accepter en premier lieu qu’une situation soit problématique – non pas en elle-même – mais par ce qu’elle induit en nous.

Sans ce oui qui vient du cœur, qui nous amène à voir, à constater, sans jugement, sans interprétation, rien ne peut changer. Tant que le mental refuse, lutte et cherche des excuses, il n’y a pas d’acceptation.

Certaines idées enfermantes, que nous remettons rarement en question, nous empêchent de lâcher prise. Par exemple penser que l’autre, un autre, est à l’origine de notre souffrance. Tant que nous pensons cela, notre bonheur dépend du changement de quelqu’un d’autre. Notre patron, notre mari, nos collègues, la société, le monde actuel…

Pourtant il est de NOTRE responsabilité de faire notre bonheur. Le bonheur n’est pas à l’extérieur et ne dépend pas d’un meilleur environnement, d’un meilleur temps, d’un meilleur job ou d’un meilleur conjoint.

pretty-girl-2219028_1280.jpg

Nos croyances limitantes sont également sources de souffrance :

-nos peurs, issues de notre expérience, mais également de notre histoire familiale et sociétale

-nos a priori, fondés sur nos apprentissages, notre religion, nos normes (souvent familiales ou sociétale également), nos interdits.

-la vision que nous avons de nous-même : penser que « c’est ma nature, je suis comme ça ». Je suis colérique ou effacé(e) etc. La plupart du temps ce n’est pas exact. Nous nous sommes toujours connu(e)s comme cela ou on nous a toujours dit que nous étions comme ça, mais ce n’est pas notre nature. C’est un mensonge à nous-même pour dénier notre nature.

D’où nous viennent toutes ces limites ? sont-elles réelles ? imaginaires ? induites ? par qui ? par quoi ?

Nos conditionnements, notre éducation, nos croyances limitantes nourrissent donc notre perception des choses. Ce sont nos petites voix intérieures. Ce que Jung appelle nos personnages intérieurs. Ceux qui nous habitent, avec leurs vécus, impulsions, ressentis et émotions.

Nos sensations, sentiments, émotions, trouvent leur origine dans nos besoins.

Besoins physiologiques (manger dormir, boire, respirer, éliminer…), mais également émotionnels (amour, partage, sécurité…). Ils s’ancrent également dans un besoin de vivre en harmonie avec nos valeurs profondes (authenticité, équité, partage, altruisme…).

L’empathie et la bienveillance à l’égard de nous-mêmes nous permettent d’écouter et accueillir les messages de notre corps et de notre cœur, afin de décrypter ce qu’ils essayent de nous dire de nous-mêmes : nos besoins, nos aspirations. A partir de cela, nous pourrons travailler à tenter de les satisfaire. Lorsqu’un vécu est désagréable, il nous signale que l’un de nos besoins est insatisfait. Il est donc essentiel d’aller s’y confronter pour tenter de le décrypter. Vous pourrez alors agir ou penser une réponse plus juste, qui vous permettra de reprendre pied dans la sérénité…

IMG-7508.JPG

#Les objectifs du stage :

-Accepter ce qui est. Accepter que nous devions travailler sur nous-mêmes.

-écouter nos émotions. Décrypter d’où elles viennent, dans quoi elles s’ancrent (à l’intérieur de moi puisque nous avons vu que notre bien-être n’est pas lié à l’extérieur ou à un autre, mais bien à notre état d’esprit et à ce que nous dictent nos émotions).

-Découvrir le besoin qui se cache derrière et trouver le moyen de satisfaire ce besoin.

-définir une stratégie et mettre en place une nouvelle habitude.

Thready Ornat Co.(2)

inscription newsletter

#Descriptif :

Ce stage s’adresse aux femmes. Il se déroulera dans des conditions sécurisantes, en présence d’un petit groupe de 6 à 8 personnes. Vous pouvez retrouver les règles de déontologie qui fonde mon accompagnement ici (lien).

Le stage se déroule sur 3 jours et vous permettra de mieux appréhender les étapes du lâcher prise, pour mieux vivre votre quotidien et retrouver une paix intérieure. Le petit nombre de stagiaires, ainsi que les outils concrets que je propose permettront que chacun puisse s’approprier réellement les apports de la formation.

#Outils pédagogiques :

IMG-7517.JPGSupports écrits, apports théoriques, échanges du groupe.

Temps de mise en pratique. Méditation et relaxation.

Les stagiaires repartiront avec un dossier reprenant les points principaux de la formation.

Ils pourront recevoir par mail un enregistrement des méditations et relaxations proposées pour un montant supplémentaire de 10 €.

 

 

#MODALITÉS PRATIQUES

Durée : 21 heures de stage, sur 3 jours

Prix : 300 €

du vendredi 15 au dimanche 17 mars 2019 à Vern sur Seiche (domaine du Plessis)

Planning :

VENDREDI SAMEDI DIMANCHE
Matin Matin Matin
PrésentationLe vrai bonheur

Ce que je peux contrôler

Les croyances limitantes

Repérer mes besoins

 

L’instant présent

La pensée positive

Après midi Après midi Après midi
Faire le deuil Faire confiance et se faire confiance construire une nouvelle habitude
BILAN

Attention ! pour préserver un vrai espace de partage bienveillant et sécurisant, seules 8 personnes au maximum peuvent s’inscrire !

inscription newsletter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.