les clefs de l'hypersensibilité
Non classé

Hypersensibilité, hyperempathie… Bien vivre avec ses émotions

Vous redoutez la moindre dispute et vous aimez pleurer au cinéma ? Vous avez l’impression d’être souvent dans l’analyse? De beaucoup vous préoccuper de ce que ressentent les autres? Vous aimez les ambiances calmes, loin de l’agitation? Connaissez-vous l’hypersensibilité et l’hyperempathie ?

daisy-3396303_1280

#DÉFINITION

Chacun à sa propre sensibilité et nous pouvons tous ressentir des émotions de façon exacerbée dans certaines situations particulières. L’hypersensibilité désigne cependant une sensibilité plus haute que la moyenne, le fait de ressentir une émotion, sensation, expérience, de façon très intense, amplifiée et surtout sans filtre. Cette perception peut être provisoirement ou durable. L’hypersensibilité peut être vécue difficilement par la personne elle-même, et perçue comme exagérée ou extrême par l’entourage. Les réactions de votre famille ou de vos amis et collègues peut être un premier indice pour vous interroger sur une hypersensibilité éventuelle.

Êtes-vous hypersensible ?

Quelques caractéristiques :

  • Sensibilité à la lumière, aux sons et aux odeurs
  • Faible seuil de tolérance à la stimulation,
  • Besoin de solitude, répulsion pour les grands groupes.
  • Les hypersensibles aiment la nature et recherchent les lieux calmes.
  • Tristesse, colère, haine, culpabilité, déception sont source de grande souffrance.
  • Très grande empathie, qui augmente les émotions
  • Extrême attention aux nuances, aux subtilités, notamment dans le contenu d’une conversation
  • Créativité – dans les domaines artistiques, mais également dans leurs relations, le jardinage, bricolage, la cuisine…

sensibilité et besoin de natureEnviron 15 à 25 % de la population est concernée par l’hypersensibilité. Les caractéristiques présentée ci-dessus découlent d’une plus forte réactivité de ces personne à une même stimulation.

Les hypersensibles sont très intuitifs. Ils vont au fond des choses pour tenter de les comprendre, sont plus touchés par ce et ceux qui les entourent. Ils ressentent davantage d’empathie et se soucient plus des difficultés de leurs proches. Enfin, Ils sont aussi plus sensibles aux réactions des autres.

On peut trouver différentes « familles » d’hypersensibles :

  • Les introvertis
  • Ou les extravertis – très minoritaires mais bien présents
  • Les hypersensibles très protecteurs
  • Ceux qui vivent un grand découragement et un repli – essentiellement liés à une grande fatigue
  • Les personnes qui se réfugient dans le mental pour se protéger
  • Celles et ceux qui doutent et ressassent ce qu’on leur dit.
  • Des hypersensoriels, très sensibles à la lumière, aux bruits, aux odeurs et aux textiles
  • Les émotifs, qui ressentent des émotions exacerbées et très intenses- les leurs et celles de leur entourage
  • Puis les Hyperempathiques

Focus sur l’hyperempathie :

L’empathie traduit la capacité à ressentir les émotions chez les autres : peur, angoisse, déprime, bonheur ou joie. L’hyperempathique a toutes les caractéristiques de l’hypersensible émotionnel : Il a la faculté de se mettre à la place des autres, ressentir ce qu’ils ressentent, et de voir le monde avec leurs yeux. Mais il va plus loin. Il ressent en effet l’émotion de l’autre (ou sa douleur physique) au sein de son propre mental (et/ou de son corps). Il se l’approprie et n’est pas conscient qu’il ne s’agit pas de sa propre douleur ou de ses propres émotions.

Ainsi, il peut ressentir de la culpabilité, des peurs, des douleurs physiques ou des maux de tête sans qu’il s’agisse pourtant des siennes.

 

   –> cette description vous parle ? Faites le test ! 32 questions pour en savoir plus…

les clefs de l'hypersensibilité

#LES CAUSES de l’hypersensibilité et de l’hyperempathie

Selon Elaine Aron, psychologue spécialiste de l’hypersensibilité, ces sensibilités exacerbées seraient liées à un trait génétique conservé par un grand nombre d’espèces animales au cours de l’évolution.

D’un point de vue scientifique, l’hyperempathie s’explique par une forte concentration de neurones miroirs. Ces neurones nous permettent de reproduire les mouvements et émotions des autres. Elles nous sont utiles notamment dans l’enfance pour apprendre et imiter les gestes et émotions de base. Tout enfant est naturellement hypersensible jusqu’à 6ans. A cet âge, il développe alors son cerveau rationnel, qui lui permet de mettre de la distance avec le cerveau émotionnel.

Cependant, de l’avis de différents chercheurs et psychologues, environnement et épreuves de la vie renforcent la sensibilité.

Ainsi, Elaine Aron explique que certaines interactions avec l’environnement durant l’enfance viennent renforcer le tempérament hypersensible. Ainsi, d’après elle, une enfance difficile a conduit l’hypersensible à se construire un ensemble de protections psychologiques lui permettant d’éviter un monde perçu comme excessivement violent.

Pour Saverio Tomasella, psychanalyste et écrivain français, docteur en sciences humaines, l’hypersensibilité n’est pas génétique. Elle découle en réalité de « l’histoire singulière de chaque personne, depuis sa vie intra-utérine, sans oublier les influences possibles du contexte familial, de la généalogie et de la société ».

Focus sur la contagion émotionnelle

contagion émotionnelleLa contagion émotionnelle ou contagion affective est le transfert des émotions d’une personne vers une autre. A chaque interaction avec une ou plusieurs personnes, les mécanismes de contagion émotionnelle se mettent en marche. Il suffit de voir quelqu’un exprimer une émotion pour que s’évoque en nous ce même état. La contagion émotionnelle doit être distinguée de la sympathie et de l’empathie.

Lorsque les neurones miroir s’activent, Ils empruntent les mêmes circuits cérébraux que ceux qui sont activés chez la personne observée. Il devient alors possible de ressentir l’émotion de l’autre comme étant la nôtre. Ainsi, grâce à ces neurones miroir (ainsi qu’à d’autres zones de notre cerveau telles que le cortex insulaire), on peut expliquer le phénomène de la contagion émotionnelle.

Si nous sommes tous acteurs de cette contagion, certaines personnes ont une plus grande capacité à transmettre des émotions ou à être touchées par celles des autres.

Les hypersensibles émotionnels et hyperempathiques ne cherchent pas à ressentir les émotions et atmosphères qui les entourent. Ils les captent, et sont naturellement « branchés » sur la fréquence des autres. Sur la fréquence de chacun d’eux.

isolement

#Les CONSÉQUENCES de l’hypersensibilité

Le syndrome de l’extraterrestre

Je ne sais pas si ce syndrome existe réellement. Je suis presque sûre que non, en fait 😉 !

Pourtant il traduit exactement le sentiment de décalage, de se sentir différent des hypersensibles que j’ai côtoyés et accompagnés. Souvent depuis l’enfance ils se sentent déconnectés de leurs camarades. Ils vivent des émotions qu’ils ne comprennent parfois pas et sont de ce fait plus isolés.

Le besoin d’aimer et d’être aimé ne les quitte jamais, mais leur entourage peine à les comprendre.

Les hypersensibles sont beaucoup plus sensibles à la cohue et au bruit. Ils pleurent plus facilement, sont plus attentionnés que la moyenne. Ils réagissent de façon exacerbée à une critique qui ne fait ni chaud ni froid à la plupart des gens.

Les hypersensibles préfèrent généralement travailler au calme et n’aiment globalement pas les grandes fêtes. Beaucoup choisissent de travailler de chez eux ou de créer leur entreprise afin de mieux contrôler les aléas de leur environnement professionnel. Ils perçoivent mieux les nuances et les détails, ce qui complique leurs prises de décisions. Ils ont une sensibilité accrue à la peur.

Souvent, les hypersensibles sont plus anxieux ou dépressifs, notamment s’ils ont vécu beaucoup de choses difficiles.

Un « caractère enrichissant », selon Jung

L’hypersensibilité  et l’hyperempathie ne sont pas des pathologies mais des traits de caractère, des types de personnalité.

Le mot sensibilité vient du latin sensibilĭtās, qui parle de la « faculté de sentir » et du « sens », de la « signification ».

La sensibilité va donc au-delà des 5 sens. Elle est la synthèse de tout ce qui relève du sens – sentiment, sensualité, 5 sens, cœur, raison, corps…

Dans ce monde où toute l’attention des gens est focalisée sur le monde extérieur, être hypersensible est un cadeau. Les hypersensibles ont en effet la capacité de se connecter à leur monde intérieur. De se connecter à leurs émotions, les signaux par excellence de ce que nous vivons et de la façon dont nous vivons les choses.

Leur cerveau fonctionne plus et plus facilement. On dit souvent d’eux qu’ils ont développé un 6ème sens : l’intuition.

L’intuition, c’est cette « petite voix » qui parle via un ressenti. Une connaissance directe et immédiate qui ne nécessite pas le recours au raisonnement. Elle concerne aussi bien la connaissance proprement dite (représentation du monde) que les sentiments (sur les choses) ou les motivations (à agir).

Par ailleurs, les hypersensibles utilisent davantage l’hémisphère droit de leur cerveau que la moyenne. Ils ont ainsi un goût prononcé pour l’esthétique et la création. Peinture, musique, écriture… Les plus grands génies créatifs étaient des hypersensibles : le poète Keats, Chopin, ou plus près de nous Marion Cotillard…

spring-2174750_1280

Mais alors comment dépasser les écueils de l’hypersensibilité pour en faire une force ?

#Quelques PISTES de RÉFLEXION

Contrairement à ce que nous pourrions penser, l’un des meilleurs outils pour être un(e) hypersensible heureux(se) est de développer sa sensibilité !

Utiliser l’hypersensibilité, la comprendre, l’écouter. Chercher à comprendre à chaque fois qu’une émotion se présente.

Plus on développe sa sensibilité, plus on la connait et mieux on peut l’exprimer et l’expliquer.

Ce conseil est d’autant plus important pour les hypersensibles émotionnels ou hyperempathiques. Pour faire la distinction entre nos maux et ceux des autres, il faut se connaître jusqu’au bout des doigts. Connaître son propre mode de fonctionnement nous permettra ainsi d’identifier les émotions qui nous sont étrangères.

Chaque fois que nous ressentons une émotion (positive ou négative), prenons donc le temps de respirer et de nous demander d’où vient cette émotion. Vient-elle du contexte ou de l’environnement dans lequel nous sommes ? De nos pensées ou de celles d’un autres ?

Il nous faut donc accepter notre grande sensibilité et accepter notre différence.

Travaillons pour démarrer sur ces questions :

  • Quelle perception ai-je de mon hypersensibilité ?
  • Quelle image, quelle représentation ai-je de moi-même ?

empathieApprenons à repérer comme notre hypersensibilité est un atout dans certaines situations. Regardons-là d’un œil différent. Retenons que nous sommes capables de beaucoup d’empathie, et que nous comprenons particulièrement bien les personnes qui nous entourent.

 

Il n’y a pas de honte à avoir lorsque nous exprimons nos émotions.

La honte de son hypersensibilité est liée «au regard qu’avaient nos parents ou nos éducateurs sur la sensibilité ». Or il n’y a aucun mal à pleurer ou à exprimer une émotion qui se présente. L’essentiel est de mettre des mots sur ce qui se passe et sur ce que l’on ressent. Il peut également être important de rassurer les personnes qui nous entourent sur ce que l’on est en train de vivre. Leur expliquer. Mieux nous nous connaitrons, plus nous aurons la capacité de trouver les mots justes pour expliquer.

Quelques idées en plus :

La respiration, la sophrologie, la méditation et la relaxation sont d’excellents soutiens.

Les activités manuelles et créatives peuvent également aider les personnes hypersensibles à se recentrer sur elles-mêmes, à se sentir bien dans leur corps. Elles peuvent nous permettre d’exprimer nos émotions et de les transcender.

Pour éviter le trop-plein d’émotions, Saverio Tomasella préconise également le repos, car les hypersensibles ont des besoins de repos bien supérieurs à la moyenne.

 

#Les stratégies de protection

Il existe des stratégies de protection pour les hypersensibles et les hyperempathiques.

Vous vous sentez concernée ?

Je vous propose une formation de trois jours spécialement conçue pour les femmes hypersensibles empathiques

formation hypersensibilité

2 réflexions au sujet de “Hypersensibilité, hyperempathie… Bien vivre avec ses émotions”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.